El Niño : la variabilité climatique coûte cher si elle n’est pas gérée

el-nino


Extraits choisis de l’interview parue sur Atlantico.fr le 29 juin 2014

Le phénomène « El Niño » est bien connu puisque c’est un phénomène cyclique qui se produit une à deux fois par décennie. Il n’est qu’un élément parmi d’autres qui contribuent à la modification de la variabilité climatique, c’est-à-dire l’écart entre la météo observée et sa valeur normale. Le phénomène touche l’Australie, l’Inde, l’Asie du Sud Est mais aussi l’Amérique du Nord, du Sud et le Canada. Mais l’Europe est aussi concernée et l’Organisation Météorologique Mondiale rappelle l’augmentation significative du nombre, de la durée et de l’intensité des anomalies météorologiques un peu partout dans le monde.

Lire la suite

Hiver 2014 : un cadeau du ciel pour les collectivités locales… à investir absolument !

viabilité hivernale

Les températures anormalement douces entre décembre et mars placent cet hiver à la troisième position des hivers les plus chauds. Mais le fait le plus marquant, c’est qu’il a très peu gelé ! C’est même l’hiver où il a le moins gelé depuis plus de 30 ans. Il n’a pratiquement pas neigé en plaine non plus. Conséquence : peu de dépenses et beaucoup d’économies pour les communes et les conseils généraux. C’est le moment de penser aux hivers prochains !!!

Lire la suite

Hiver 2014, médaille de bronze des hivers les plus chauds

1epgw26

La fin de l’hiver approche à grands pas et l’hiver 2014 est sur le podium des hivers les plus doux depuis 50 ans, après 2007 et 1990.

L’excédent de température sera de l’ordre de 1.8°C. Parmi les faits marquants, on notera qu’il a très peu gelé. A Paris par exemple, on comptabilise 3 jours de gel contre 18 habituellement. Au bord de la méditerranée aucun. Sur la façade atlantique, à Nantes et Bordeaux par exemple, il y a d’habitude 19 jours de gel en hiver. En 2014, il n’aura gelé que 6 fois à Bordeaux et 9 fois à Nantes. A Lille, il a gelé 3 fois mois que la normale (9 jours contre 27 jours). Même dans l’Est, le nombre de jours de gel est inférieur de 25% à 30% aux normales saisonnières.

Lire la suite

Kepler Cheuvreux et Meteo Protect s’associent pour évaluer le risque météo des entreprises cotées

météo-économie

Le changement climatique accentue la variabilité naturelle du climat et les anomalies météo augmentent d’une année à l’autre. La conséquence pour les investisseurs est double : de plus en plus d’avertissements sur résultat, et une difficulté croissante pour comprendre la performance réelle des entreprises. Le rapport co-écrit par Képler Cheuvreux et Meteo Protect fournit les clés d’utilisation de la météo aux analystes et investisseurs qui refusent l’excuse météo. D’autant que les solutions de couverture existent désormais.

Lire la suite