La météo économique peut différer de celle des géographes

anomalies de température septembre 2013 Meteo Protect vs. Météo France

Lundi soir, après la présentation classique du bulletin météo de France 2, Philippe Verdier a évoqué la baisse des ventes du textile en France causée par une anomalie chaude de +0,3°C. Les chiffres étaient fournis par le courtier spécialisé dans la gestion du risque climatique Meteo Protect. Le lendemain, Météo France parlait d’un excédent de température en septembre de +0,6°C. Qui a raison ? Pas d’inquiétude, les deux informations sont justes. La météo nationale est un agrégat de météos locales et tout dépend de la manière dont on fait la moyenne. Entre économie et géographie, l’usage et la méthode de calcul ne sont pas les mêmes.


Entre le chiffre de Météo France et celui de Meteo Protect il y a trois différences :

Pondération

Météo France et Meteo Protect utilisent les mêmes observations brutes mais la méthode pour faire la moyenne au niveau national n’est pas la même. Meteo Protect calcule l’impact de l’anomalie de température sur les ventes. Le volume de ventes dans une région donnée dépend bien entendu de la population. Autrement dit, une anomalie de +1°C n’a pas les mêmes répercutions sur les ventes en région parisienne ou dans la creuse. Ainsi pour calculer la « moyenne » nationale, Meteo Protect pondère les observations de chaque station par la population autour de cette station. Météo France qui n’a pas le même usage de la « moyenne » nationale applique le même poids à chaque observation, quelle que soit la population autour de la station.

Normale

la deuxième différence, dont l’incidence est un peu plus faible, concerne la période de référence qu’on appelle la « normale ». L’Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM) définit la normale comme étant la moyenne mesurée entre 1981 et 2010 (voir article du 31 mai 2012). En pratique, pour une ville donnée, la température maximale « normale » du 3 octobre 2013 est la moyenne arithmétique des températures maximales mesurées chaque 3 octobre entre 1981 et 2010. L’anomalie météo est l’écart entre la température observée ce 3 octobre et la valeur « normale » du 3 octobre. Météo France utilise effectivement la période de 30 ans allant de 1981 à 2010 pour calculer la normale. Meteo Protect calcule aussi la « normale » en utilisant 30 ans à la différence près qu’il s’agit des 30 dernières mesures soit la période allant de 1983 à 2012.

Detrending

Cette dernière différence est sans doute celle qui engendre le plus d’écart entre la valeur publiée par Météo France et celle publiée par Meteo Protect.

détrending des anomalies de température

Detrending des anomalies de température

La méthode de calcul de la température « normale » recommandée par l’OMM implique que chaque année entre 1983 et 2012 on utilise la même valeur « normale ». Or il n’aura échappé à personne que la température augmente progressivement, petit à petit, année après année. C’est le fameux réchauffement climatique. La courbe bleue est l’anomalie météo. C’est la différence entre la température observée de chaque mois de septembre et la valeur moyenne sur 30 ans. Si on ne prend pas en compte le changement climatique, on constate que toutes les anomalies des premières années sont négatives et les anomalies des dernières années sont toutes positives, ce qui n’est pas vraiment le reflet exact de la réalité. Pour corriger ça, on applique un « detrending », autrement dit on retire l’effet de la tendance, de manière à pouvoir comparer, chaque année, les observations météo avec une « normale » qui intègre le réchauffement climatique. De manière simpliste, on fait pivoter la normale d’un angle correspondant à l’accroissement de température.
En France, l’ajustement est proche de 0,1°C tous les dix ans.

1 commentaire sur “La météo économique peut différer de celle des géographes

Laisser un commentaire