MÉTÉO ET ÉCONOMIE II : le chauffage

Les décisions d’achat et comportements individuels dictés par la météo se diffusent largement dans l’économie. L’activité de secteurs entiers et d’entreprises de toutes tailles, fluctue au gré du temps qu’il fait et des anticipations du temps qu’il va faire.
En association avec Meteo Protect, Philippe Verdier, chef du service météo de France 2, dévoile comment la météo pèse sur la vie économique quotidienne des français.

thermostat

Episode 2 – 9 octobre 2013

Focus de la semaine : la facture énergétique

La saison de chauffe démarre le 1er octobre et finit en théorie fin mai. En pratique, c’est souvent début mars que les chaudières sont mises à l’arrêt, dès l’arrivée des beaux jours. D’ailleurs, la fin de la période de chauffe coïncide en général avec la fin de la trêve hivernale immobilière prévue autour du 15 mars 2014. Sans surprise, plus il fait froid dehors, plus il faut chauffer à l’intérieur pour maintenir une température de confort autour de 18°C. Au global, la température explique 85% de la variation de consommation électrique en hiver.

Lire la suite

Météo et performance financière EDF montre la voie

Jusqu’à présent, les actionnaires et les analystes disposaient de peu d’information pour évaluer l’impact financier de la météo sur une entreprise. Les rapports de gestion, qui mettent les chiffres comptables en perspective et éclairent les actionnaires sur la nature de la performance réalisée, étaient parsemés de commentaires parfois sibyllins sur l’impact favorable ou défavorable des conditions climatiques. Cette année marque une véritable avancée dans la qualité de l’information mise à disposition des actionnaires. Bien sûr, tout n’est pas encore parfait. Les rapports de gestion (EDF et GDF-SUEZ) ne sont pas particulièrement plus éclairants que par le passé en ce qui concerne l’impact de la météo. Les communiqués de presse non plus. Ils restent dans la rhétorique habituelle (effet climatique favorable, effet climat positif, ou encore correction climatique) parfois complétée de quelques données de correction climatique chiffrée en TWh. Pour apprécier ce qui a vraiment changé, il fallait assister à la présentation des résultats : et là, on découvre enfin, en euros, ce que sont les aléas climatiques, et ce qu’ils peuvent coûter ou plus exactement pour ce qui concerne 2010, ce qu’ils ont rapporté.

La suite dans un article de Jean-Louis paru le 17 mars 2011.

Météo électrique : 1°C de moins en hiver = le double de la consommation d’électricité de Marseille en plus | Au delà des lignes

« Le système électrique est sensible au froid ».
Concrètement : +1°C = + 2300 MégaWatts. A chaque degré de plus en hiver, notre consommation d’électricité augmente de 2300 MégaWatts. Soit l’équivalent du double de la consommation de la ville de Marseille.

Un article paru sur le blog « Au-delà des lignes » le 7 décembre 2010

Météo électrique : 1°C de moins en hiver = le double de la consommation d’électricité de Marseille en plus | Au delà des lignes.

Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain : impactée par la douceur climatique

Un article paru sur Boursier.com le 14 novembre 2011.

Au 3ème trimestre 2011, l’activité de vente de chaleur de la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain est faible en raison de la climatologie.

Elle s’est limitée essentiellement à la vente d’eau chaude sanitaire. Les ventes de chaleur sont aussi faibles en 2011 qu’en 2010 en raison de la rigueur climatique douce des mois de septembre 2011 et 2010.

Lire l’article