La variabilité climatique aux « Décodeurs de l’éco » – BFM Business

deco

La canicule est une des nombreuses anomalies climatiques qui affectent de plus en plus l’activité des entreprises. Obnubilés par l’impact du carbone sur le climat, politiques et ONG focalisent la communication sur le secteur de l’énergie et articulent le discours autour de l’augmentation de la température moyenne depuis une trentaine d’années. Or si la température moyenne a effectivement augmenté, la variabilité climatique, c’est-à-dire cette sorte d’oscillation des mini et maxi autour de la moyenne, a plus que doublé au cours de la même période. Les anomalies météo sont plus nombreuses, plus intenses, et plus longues.

Lire la suite

L’automne est trop chaud… sauf pour ceux qui sont déjà couverts !

tshirts sur des cintres

Pas la peine d’essayer de couper les cheveux en quatre : quand il fait trop chaud en automne, les clients n’achète ni bonnets, ni manteaux, ni chaussures et ne mettent pas le chauffage en marche. Le débat n’est pas là. Des milliers d’entreprises, de commerçants, de distributeurs, d’énergéticiens vont perdre de l’argent, ce que confirment déjà les chiffres de la consommation de l’INSEE.

Lire la suite

Météo et performance financière EDF montre la voie

Jusqu’à présent, les actionnaires et les analystes disposaient de peu d’information pour évaluer l’impact financier de la météo sur une entreprise. Les rapports de gestion, qui mettent les chiffres comptables en perspective et éclairent les actionnaires sur la nature de la performance réalisée, étaient parsemés de commentaires parfois sibyllins sur l’impact favorable ou défavorable des conditions climatiques. Cette année marque une véritable avancée dans la qualité de l’information mise à disposition des actionnaires. Bien sûr, tout n’est pas encore parfait. Les rapports de gestion (EDF et GDF-SUEZ) ne sont pas particulièrement plus éclairants que par le passé en ce qui concerne l’impact de la météo. Les communiqués de presse non plus. Ils restent dans la rhétorique habituelle (effet climatique favorable, effet climat positif, ou encore correction climatique) parfois complétée de quelques données de correction climatique chiffrée en TWh. Pour apprécier ce qui a vraiment changé, il fallait assister à la présentation des résultats : et là, on découvre enfin, en euros, ce que sont les aléas climatiques, et ce qu’ils peuvent coûter ou plus exactement pour ce qui concerne 2010, ce qu’ils ont rapporté.

La suite dans un article de Jean-Louis paru le 17 mars 2011.

Météo électrique : 1°C de moins en hiver = le double de la consommation d’électricité de Marseille en plus | Au delà des lignes

« Le système électrique est sensible au froid ».
Concrètement : +1°C = + 2300 MégaWatts. A chaque degré de plus en hiver, notre consommation d’électricité augmente de 2300 MégaWatts. Soit l’équivalent du double de la consommation de la ville de Marseille.

Un article paru sur le blog « Au-delà des lignes » le 7 décembre 2010

Météo électrique : 1°C de moins en hiver = le double de la consommation d’électricité de Marseille en plus | Au delà des lignes.