Ville par ville, mois par mois, le climat a changé : analyse des tendances de température 1983-2012

Le GIEC a parlé. Le scénario qui se dessine à horizon 2100 est une augmentation de la température à la surface de la Terre de +4°C si l’humanité ne change rien dans sa relation à l’énergie.

C’est encore loin et pourtant, dès aujourd’hui, les faits sont là, implacables. En 30 ans, les températures mensuelles ont changé, parfois très significativement. Bon à savoir pour intégrer dans sa stratégie de développement et s’adapter dès aujourd’hui.

Le 5ème rapport du GIEC est sorti le 27 septembre. Il confirme l’élévation des températures et le rôle déterminant des activités humaines dans le changement du climat. Rien de révolutionnaire depuis le rapport 2007. Les constats scientifiques sont plus robustes qu’ils ne l’étaient dans les rapports précédents. Le scénario qui se dessine est une augmentation de la température à la surface de la Terre de +4°C si l’humanité ne change rien dans sa relation à l’énergie. Dans l’hypothèse où les gouvernements arrivent à s’entendre sur une réduction drastique des rejets de gaz à effet de serre, il serait possible de limiter la hausse de température à +2°C.  L’Organisation Mondiale de la Météo avait déjà constaté l’augmentation de la variabilité climatique et des anomalies météorologiques dans un scénario de hausse globale qu’on espérait limitée à +2°C à horizon 2100. Dans un scénario à +4°C, le plus probable, il faut s’attendre à ce que l’intensité, la durée et le nombre des aléas climatiques augmentent encore plus rapidement que ce que l’on constate déjà aujourd’hui.

Lire la suite